Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Association Culturelle Pulse Art
  • : Impulse Art, c'est une petite galaxie culturelle et conviviale d'artistes, de photographes, de créateurs, d'amis et de sympathisants d'horizons divers. Une plate forme de rencontres et d'échanges, d'information et de communication, un réseau relationnel d'entre-aide pour ltter contre la morosité rampante et faire face à la crise culturelle.
  • Contact

Recherche

Parrainage

Achetez un tirage pour soutenir le voyage de Myrtille

Site référencé par Aquitaweb.com annuaire gratuit h4
 
45 annuaires gratuits

Archives

6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 11:34

Le sel, source de vie et d’inspiration artistique

Jean-Loup de Sauverzac expose ses photographies centrées sur la thématique du sel, depuis quelques à la Maison de France à Sfax. Les amateurs ont le loisir de venir apprécier une démarche artistique, un regard original et une sensibilité esthétique d'une certaine singularité, le temps que durera l'exposition, c'est-à-dire jusqu'au mois de mars 2009.


Le sel, un thème universel, à la symbolique foisonnante
Fil conducteur d'une quête entreprise depuis plusieurs années, le cristal de sel est pour Jean-Loup de Sauverzac une sorte de pierre angulaire et philosophale à laquelle se confronte et se réfère sa démarche artistique et humaine. En 1994, sous l'égide de l'Institut Claude Nicolas Ledoux, en coproduction avec le Centre Culturel Français de Casablanca, il créait à la Saline Royale D'arc et Senans " Univers Sel ", une exposition en • forme de triptyque : Paysages, sculptures cristallisées, architectures en étaient les premiers volets. En 2001 il réalise avec le calligraphe Jordanien Mohamed Abu AziZ `Le partage du. sel' : des calligraphies à même le sel de la Mer Morte, en Jordanie. Ce travail a été exposé à l'Institut du Monde Arabe. ", peut-on lire dans la fiche de présentation de l'artiste. En réalité, la carrière artistique de Jean- Loup de Sauverzac est autrement plus jalonnée d'étapes et d'activités.

Entamée en 1968, sa carrière est dominée par deux statuts majeurs. Il débute en qualité de photographe professionnel et fait ses preuves lors d'une longue période de collaborations avec divers organes de presse européens que ce soit dans le domaine du grand reportage ou de la mode, avant de faire oeuvre de créateur, d'abord en contribuant à la réalisation de spectacles puis à partir de 1984, en se lançant dans une nouvelle expérience centrée sur la thématique du sel, une substance vitale à la symbolique à la fois multiple et universelle

L'exposition de Sfax est un résumé de son travail sur le sel, un thème universel, à la symbolique foisonnante: " Aussi loin que puisse remonter la mémoire de l'homme, le sel a toujours, été symbole de vie, d'éternité, de pureté, d'abondance et de partage " II est par conséquent présent dans toutes les mythologies de toutes les civilisations.
Jean-Loup de Sauverzac explique sa démarche : " Je ne fais pas une monographie du sel, mais je me sers de tous ses aspects comme source d'inspiration. Je m'explique : ce qui, a priori, a l'air tout a fait banal, est en réalité vital, dans la mesure où le sel c'est la vie ; car le déficit en sel dans l'organisme signifie tout simplement la mort. d'ailleurs le sel est omniprésent dans les domaines les plus variés : la préhistoire, l'histoire, l'économie, la médecine, les applications industrielles, la magie, l’art -culinaire, la littérature, la géologie, l'archéologie etc.,  bref dans tous les aspects du sel qui existent depuis l'aube des temps. C'est une mine, une source extraordinaire mais moi, je m'en sers comme artiste pour y trouver des thèmes et les traiter ".

Jean-Loup de Sauverzac donne ainsi le ton, en s'empressant de revendiquer son statut d'artiste, conscient qu'il est des préjugés qui pèsent encore sur  la photographie, même en Europe. Il se défend d'être un simple réalisateur de prises de vues, soulignant l'appartenance de son oeuvre au domaine de la création artistique, contrairement à la photo commerciale comme c'est le cas par exemple en publicité :

Mes photos sont des oeuvres d'art à part entière, martèle- t-il, pièces justificatives à la main : " Regardez nies photos : je ne me contente pas de transposer, mais j'agis aussi sur la matière et les objets. Je les détourne de leur fonction usuelle à travers un travail de cristallisation, avant de les fixer par des photographies "
Ainsi, l'artiste déclare faire oeuvre de metteur en scène ou de " metteur en sel ", comme il se plait à se décliner, revendiquant par là un lien de parenté étroit avec les surréalistes dont il emprunte la démarche esthétique et le concept de création : un poste de radio réformé, un réveil inutile, une roue voilée, une carcasse de mobylette déformée, une poupée désarticulée. une machine à écrire endommagée, bref toute une panoplie d'objets hétéroclites de rebut, ramassés dans les salines de Zima au Maroc, donc des objets d'une affligeante banalité, retrouvent un sens nouveau sous leur manteau de sel qui les pare de formes esthétiques, les enjolive et les agrémente.

C'est ainsi que ses photos acquièrent le statut d'oeuvres d'art.
Outre le ready-made, Jean- Loup de Sauverzac trouve une autre source d'inspiration dans la nature : " Une partie des photos qui fixent des paysages sont à double sens : certaines sont presque abstraites et je peux dire que plusieurs de mes photos sont susceptibles de lectures variées, sachant que le regard est capable de transpercer le visible pour y trouver l'invisible. A mon sens, dans toute image réussie, il y a un ensemble de significations, c'est comme pour les poupées russes. Ce qui est fascinant dans le sel c'est que ce simple et vulgaire cristal, c'est la force de sa symbolique née justement de sa métamorphose lors de sa dissolution dans l'eau puis dans sa re-cristallisation qui est une forme de résurrection. C'est comme les mouvements et les objets inertes : leur forme est en réalité un instantané sur le mouvement. Et c'est dans ce sens que le photographe fait oeuvre d'art. il ramène des visions que celui qui n'en a pas l'habitude ne peut pas ou n'a pas le sentiment de percevoir. Donc le travail d'un artiste photographe est d'aller chercher le sens caché des choses.

La présence du photographe à Sfax s'explique par la poursuite de ce qu'il a déjà réalisé en Jordanie, à l'époque où Denis Toupin était encore directeur du Centre Culturel d'Amman. Son exposition qui se poursuit jusqu'au mois de mars prochain, s'intègre, en effet, dans le projet " Sel de Tunisie 2009 " initié par le directeur de la Maison de France. A partir du mois de mars, Il va animer des ateliers photos à l'Institut des Arts et métiers de Sfax, une activité qui est censée aboutir sur une exposition concomitante avec le colloque international multidimensionnel qui sera axé sur le thème du sel au mois de mai 2009.

Taieb LAHILI
Le Temps

Partager cet article
Repost0

commentaires